Les JMJ, une sacrée aventure qui continue…

IMG_8968Les Journées Mondiales de la Jeunesse (JMJ) sont devenues un moment incontournable pour les jeunes cathos du monde entier, 600 000 en Pologne dont 35 000 français ! S’associant à ce temps fort, les jésuites organisent le programme MAGIS. Sur les 1600 « magisiens » de 45 pays, la délégation française était la plus nombreuse avec une belle diversité : indiens, irlandais, belges, libanais, mauritiens, irakiens… Des jeunes et des accompagnateurs de nos réseaux sont partis également aux JMJ avec l’Arche de Jean Vanier et des diocèses (Paris, Toulouse, Marseille et aux Armées).

Les JMJ : découvrir Jésus, Seigneur du risque, du toujours « plus »

Se risquer à l’aventure

Les JMJ n’étaient pas un événement mondial de plus entre l’Euro et les JO. C’est un pèlerinage festif, un événement d’Eglise, un temps fort de cette « année de la miséricorde » voulue par le pape. La préparation n’a pas été de tout repos entre les affres de la logistique, les doutes (mobilisation lente des jeunes), un contexte « concurrentiel » sur le marché « jeunes cathos » et aussi une inquiétude latente liée aux actes terroristes. Mais au final, quels fruits !

Comme nous le dit Adrien : « MAGIS, c’est comme un nouveau départ spirituel qui permet d’avancer dans 28390307101_e7d43f69ba_zses questions. J’ai pu me plonger dans les Ecritures pour en comprendre le sens et pour mieux comprendre ce que Dieu attend de nous au quotidien ». Pour Hind, irakienne, « ces riches semaines (lui) ont vraiment permis de voir comment d’autres jeunes pratiques leur foi et combien ils sont heureux d’être chrétiens. Et puis,  la visite à Auschwitz : cela donne l’impression que l’histoire se répète aujourd’hui mais avec d’autres pays… » Oui, une aventure qui ne laisse pas indemne.

Risquer la rencontre

28185874300_e4aedc5938_zAu cœur de MAGIS, il y avait les « expériments ». Ce mot du vocabulaire d’Ignace signifie vivre avec d’autres une expérience qui bouscule nos habitudes et notre foi et en recueillir les fruits. Les expériments étaient nombreux : service auprès d’enfants dans un orphelinat, aide logistique dans une paroisse, pèlerinage en montagne, ateliers de musique, de théâtre ou de danse et même canyoning ! Ainsi pour Virginie, « à Nowy Sacz ce fut un moment unique où j’ai pu danser, partager par les mots et le mouvement avec des jeunes de tous les continents. A travers des exercices de lâcher prise, de confiance, s’est tissée une véritable communion des corps et des cœurs. Joie de partager cette sensation à travers des sensibilités culturelles aussi différentes. Le corps, temple de l’Esprit Saint. Les sourires qui disent la Joie de Dieu. Les « free hugs » qui disent l’infinie miséricorde de Dieu. Le mouvement qui dit la Vie donnée par le Christ ».

Mais ce ne fut pas toujours de tout repos comme le confirme Rodine : « Un jour on naviguait au nord de la Pologne et le vent nous empêchait de rejoindre l’autre équipe au port. Après un rude combat, nous avons réussi. Ce moment marquant me redit que, si nous voulons quelque chose de tout notre cœur nous trouverons le moyen de le réaliser, même si le vent est contraire ». C’est l’expérience à laquelle nous a souvent invité le pape : oser faire confiance et se bouger !

Risquer sa vie avec le Christ

28363909862_c539f835a4_mLes paroles du pape ont été pleines d’encouragement et d’exigence : « Chers amis, Jésus est le Seigneur du risque, du toujours ‘‘au-delà’’. Jésus n’est pas le Seigneur du confort, de la sécurité et de la commodité. Pour suivre Jésus, il faut avoir une dose de courage, il faut se décider à changer le divan contre une paire de chaussures qui t’aideront à marcher, sur des routes jamais rêvées et même pas imaginées, sur des routes qui peuvent ouvrir de nouveaux horizons, capables de propager la joie, cette joie qui naît de l’amour de Dieu, la joie que laissent dans ton cœur chaque geste, chaque attitude de miséricorde. […] Aller par les routes de notre Dieu qui nous invite à être des acteurs politiques, des personnes qui pensent, des animateurs sociaux. […] Dieu attend quelque chose de toi, Dieu veut quelque chose de toi, Dieu t’attend. […] Il t’invite à rêver, il veut te faire voir qu’avec toi le monde peut être différent. C’est ainsi : si tu n’y mets pas le meilleur de toi-même, le monde ne sera pas différent ». Tout un programme  de vie !

Tant de choses à raconter… mais je veux terminer en remerciant tous ceux qui ont pris part à cette aventure, en particulier Maud, coresponsable de notre délégation, les accompagnateurs, les amis de la CEF, nos donateurs ainsi que P. Waldek, responsable international de MAGIS et son équipe.  L’aventure joyeuse et risquée avec le Christ se poursuit désormais dans le quotidien…

P. Manuel Grandin, sj Directeur du Réseau MAGIS

Paroles de soeur Anne-Catherine, ND du Cénacle, une accompagnatrice du groupe : http://blog.jeunes-cathos.fr/2016/09/05/un-temps-pour-tout-sous-le-soleil/

Un dernier souvenir en images :

Categories: Non classé

Commentaires